UNE VISITE DE LOUIS-JEAN CORMIER

Par Béatrice Lortie.Élève
Le mercredi 20 mars , dans le cadre du jour de la Francophonie, le chanteur Louis-Jean Cormier est venu donner un concert à l’Académie pour les élèves de 5e secondaire. Il a aussi répondu à plusieurs questions entre ses chansons. Louis-Jean est un homme sympathique, terre à terre et très agréable à côtoyer. Voici quelques questions auxquelles il a répondu lors de notre entrevue.

Gardes-tu des bons souvenirs du secondaire?
Oui! Le secondaire est une belle étape de la vie, malgré les nombreuses embûches que l’on peut rencontrer lorsqu’on traverse l’adolescence et qu’on apprend à se connaître. J’avais un bon cercle d’amis et j’étais membre d’un groupe de musique. Nous étions un peu comme la clique de musiciens de l’école. J’étais quand même une personne timide, je préférais regarder les autres.

Qu’est-ce qui t’a poussé à faire le métier que tu fais aujourd’hui?
Je viens d’une famille de musiciens très ancrée dans la musique classique. Nous étions tous très impliqués dans l’apprentissage de la musique et la chanson était très présente à la maison. À l’adolescence, j’ai peu à peu délaissé la musique classique pour le rock alternatif : j’ai commencé à écouter beaucoup de bands de rock. Depuis que je suis tout jeune, je suis mélomane, et c’est le fait que j’ai été baigné dans cet univers musical qui m’a donné la conviction que je voulais être un musicien professionnel. J’ai toujours su que c’était ce que je vous faire comme métier.

L’industrie de la musique est très développée en anglais. Pourquoi as-tu décidé de chanter en français?
La langue dans laquelle je chante m’importe peu. Ce qui est important en musique, c’est de se démarquer et d’offrir un son unique. Si tu chantes en anglais et que ta musique est ennuyante, tu n’auras pas plus de succès parce que tu chantes dans cette langue. De toute manière, le succès n’est pas ce qui m’importe le plus, ni l’argent : l’important, c ‘est de faire ce que l’on aime. De plus, je me sens plus à l’aise d’écrire de la poésie en français, ma langue maternelle.

Tu as donné des spectacles dans plusieurs pays anglophones, notamment l’Angleterre et les États-Unis. Comment réagissaient les foules lorsque tu chantais en français?
Je pense que les spectateurs étaient plutôt là pour la musique, un langage universel. Bien sûr, ils ne comprenaient pas les paroles, mais ils ressentaient les émotions que je voulais transmettre par le billet de la musique. Il y a des gens qui sont plus axés sur la musique que sur les textes, de là l’importance d’avoir une musique divertissante.

Si tu avais un message à passer aux jeunes qui veulent se lancer en musique, quel serait-il?

Trois choses : premièrement, attendez-vous à une route difficile et à traverser les tranchées. Ce n’est pas un milieu facile et il faut persévérer. Deuxièmement, informez-vous sur l’histoire de la musique, les mouvements et les périodes historiques importantes de la musique. Il est primordial de savoir ce que l’on a traversé pour savoir où on s’en va. Finalement, écoutez le plus de musique possible, découvrez de nouveaux genres et tenez-vous à l’affût de ce qui se passe sur la planète en musique. L’important n’est pas d’avoir une connaissance académique et théorique immense, mais plutôt d’avoir l’esprit ouvert et de s’intéresser à tout dans le domaine musical.

Publicités


Catégories :Actualités, Culture

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :