Une histoire à finir…voici la suite.

Par Alexandra Provost.

Ça, c’était moi avant de devenir celle que je suis aujourd’hui, la nouvelle Marie. Parce que oui, j’ai finalement réussi à trouver ma voie, mon destin. Vous voulez peut-être faire la rencontre avec la nouvelle Moi? Mauvaise nouvelle, vous devrez prendre votre mal en patience puisque ce ne sera pas aujourd’hui!   Je vais plutôt vous raconter le jour, ou plutôt le soir, où je suis devenue jolie. Vous avez envie d’entendre cette histoire? Et bien lisez bien ce qui suit!

Premièrement, je tiens à vous dire que j’ai toujours été une personne discrète. Je me rappelle qu’au secondaire, je longeais les murs de l’école tel un fantôme effrayé. Cette période n’était peut-être pas facile, mais il me reste en tête un heureux évènement qui a marqué la fin de mon adolescence.  La soirée que toutes les jeunes filles attendent avec impatience pour enfiler leur plus belle robe: le bal.

Ce jour-là, je m’étais levée de mauvais poil puisque je savais très bien que l’école entière allait célébrer la fin des classes alors que moi, j’allais rester assise, seule, à la table qui m’avait été préalablement désignée. Je ne veux pas attirer la pitié ou quoi que ce soit, mais je me sentais vraiment comme une moins que rien. Heureusement, j’allais rencontrer mon coup de foudre par un heureux hasard.

Portant une robe jaune fleurie à crinoline blanche et étant aussi coquette qu’une brise glaciale en hiver, je marchais la tête basse pour effectuer mon entrée solitaire lorsque Hugo, à bord de sa Smart, me percuta de plein fouet. L’impact ne fut pas si terrible : je pus me relever adroitement avec le peu de dignité qu’il me restait et heureusement, je n’avais rien de cassé. Et oui, mes os avaient quand même  réussi à tenir le coup, contre une voiture, je dois dire, d’une si petite taille! Je n’étais pas certaine si je devais être en colère, puisque mon ensemble ne ressemblait plus qu’à un vulgaire morceau de chiffon, ou si devais me radoucir, puisque je me retrouvais en face de l’homme de mes rêves.  En effet, Hugo avait toujours été le président de ma promotion et s’était impliqué dans tous les projets de l’école. De plus, pour le bal, il avait revêtu un magnifique smoking noir fait de matériaux recyclés et ramené ses longs cheveux  en chignon derrière sa nuque. Bref, il me plaisait beaucoup…

Publicités


Catégories :Création, Roman-feuilleton

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :