Mon entrevue avec Pierre Lapointe

Par Lou Savoie-Calmette

La partie la plus difficile quand on écrit quelque chose, c’est de trouver un bon début. Aujourd’hui, je n’ai rien trouvé de mieux que : celui qui essaie de noyer le poisson est définitivement un sombre idiot. Voilà. Sur ce, je vais commencer l’article.

Il y a un mois, j’ai eu la chance de rencontrer Pierre Lapointe pour faire une entrevue avec lui. Je l’adore et j’étais très énervé à l’idée de le rencontrer. J’avais donc décidé d’arriver légèrement en avance au lieu de l’entrevue, soit la Salle Roland Brunelle. J’étais très bien préparé. En arrivant à la salle, M. X m’accueille gentiment et nous parlons de l’entrevue. Pierre Lapointe est quand même une grosse pointure dans le milieu et je ne parle pas de ses souliers! Il fallait donc que ça se passe bien. Après avoir fait le tour du sujet, nous commençâmes (je viens d’utiliser le passé simple sans y être obligé. Je crois que j’ai un problème…) à parler d’autres choses. Pendant environ 25 minutes, je lui soutirai des informations sur les examens à venir, dans lesquels d’ailleurs j’ai eu de très bonnes notes.

Nous commencions à nous ennuyer, M. X décida donc d’aller demander à quelqu’un quand aurait lieu l’entrevue. Un gars avec un chandail nous dit que les musiciens n’étaient même pas arrivés et que Pierre (il a vraiment dit « Pierre », comme s’il le connaissait personnellement. Je sais, cette information ne change absolument rien à l’histoire) arriverait après eux et que ça pouvait prendre entre 30 minutes et une heure et demie. Il a aussi dit que je sentais très bon. En gros, il fallait rester dans le foyer de la salle pendant une durée indéterminée et mon parfum faisait son effet. Super nouvelle! M. X me dit qu’il fallait rester positif. Je n’aime pas les adeptes du positivisme. J’ai l’impression que si je leur disais que ma famille a été dévorée par un ours, il me dirait qu’au moins, l’ours n’a plus faim.

Bref, nous attendîmes – encore du passé simple. J’ai besoin d’une thérapie -. Après environ une heure et 17 minutes, Pierre Lapointe apparut. Il avait l’air complètement crevé et portait une casquette noire et un chandail assez étrange. Imaginez un rat russe qui mange des Africains sur une tourte au poulet. Eh bien, son chandail ne ressemblait en rien à cette image.

Pierre était très gentil, mais visiblement épuisé. L’entrevue se passa dans les loges. Il faisait très chaud, au moins 3 degrés Celsius et même probablement plus. L’entrevue se passa bien et fut très intéressante. L’entrevue est d’ailleurs sur le site de la radio étudiante. Je remarquai que l’Ipad que nous prenions pour enregistrer l’entrevue arrêta d’enregistrer à environ le 2/3 de l’entrevue. Ce n’était pas grave, car l’entrevue était aussi enregistrée sur vidéo. Après, l’artiste et moi jouâmes (si je réutilise le passé simple une autre fois, je rentre en thérapie) à Risk.

Quand tout fut fini et Pierre parti, M. X m’annonça que la caméra n’avait pas roulé et que nous n’avions pas du tout d’entrevue vidéo. Ça signifiait que la partie de l’entrevue où Pierre me montre ses talents de contorsionniste avait été perdue. Après avoir violemment battu M. X, je retournai chez moi.

Vous vous dites probablement quelque chose comme « Cette histoire ne change absolument rien dans ma vie ». Vous avez raison, ça ne change absolument rien. Mais c’est déjanté, en l’honneur de M. Lapointe!

Publicités


Catégories :Culture, Divertissement, Entrevues, Opinion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :