Un retour au Québec

Pour moi, Explore a été la plus belle des expériences que j’ai vécues. Dès les premières semaines, on se fait des amis auxquels nous ne voudrions plus jamais dire au revoir. J’ai malheureusement dû leur dire au revoir il y a de cela pas si longtemps, mais c’est comme si ça faisait des années.

Je vous mets en contexte : dès la première journée, nous sommes choisis aléatoirement pour être dans une équipe avec noms ou surnoms. La mienne se surnommait : Chum. Cette équipe de feu a été la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée. Après quelques semaines, nous étions toujours ensemble pour toutes les activités : monter des montagnes, visiter des ports, aller dans toutes les sorties possibles, à la plage, etc. Toutes. Nous nous auto proclamions comme une grande famille et nous avions inventé notre propre cri d’équipe : « Chum for the win! » Nous étions uniques et tous les gens d’Explore le savaient.

À toutes les semaines, nous avions des défis multiples qui nous donnaient des points au classement pour gagner la « SELSA cup ». SELSA est le nom spécifique du programme Explore en Colombie-Britannique. Nous étions très compétitifs et pratiquement toujours en tête du classement. Que nous le voulions ou pas, nous pratiquions notre anglais tous les jours, à en avoir mal à la tête, croyez-moi!

La dernière journée, à 7h le matin, nous nous sommes réveillés et nous savions que c’était notre dernière journée d’école, la dernière fois que nous croyions nos professeurs adorables, tous les au revoirs et les larmes commençaient. Le soir-même, nous avons eu un bal de départ. C’était magique. Pas autant que notre « rave » costumé, mais proche. Nous étions tous en rond en nous enlaçant comme s’il n’y avait pas de lendemain. C’est dans un élan de nostalgie que nous avons commencé à chanter : « We are the chumpions, my friends… », chanson que nous avions modifiée pour nous donner des airs glorieux après avoir remporté des épreuves. C’était la dernière fois que je voyais mes amis dans cette belle province.

Cependant, nous étions contents de revoir nos familles et d’avoir à nouveau notre petit train-train quotidien. Mais c’est en mettant le pied au Québec que ça s’est corsé. La vie à Victoria est différente de celle du Québec, nous avions beaucoup de liberté et nous étions tous proches les uns des autres. Nous n’étions pas prêts mentalement à devoir nous séparer. C’est à ce moment que nous avons réalisé à quel point nous étions loin les uns des autres. Notre vie banale a repris le dessus et il n’était pas rare que je disais que je me sentais seule chez moi, ou encore ennuyée. Même mes amis m’ennuyaient. Les amis avec qui j’avais passé cinq années m’ennuyaient. Ils n’étaient pas les Chums.

Explore a été l’expérience d’une vie pour moi. Je la souhaite à n’importe qui, sincèrement. Pour ma part, j’ai beaucoup plus de facilité à parler et à comprendre l’anglais et j’envisage peut-être de refaire un voyage comme celui-ci d’ici quelques années. Pendant ce temps, je vais contempler la médaille de première place de la « SELSA cup » qui est accrochée dans ma chambre et compter les dodos avant janvier, là où nous nous reverrons, mes amis et moi, pour une « Chum reunion ».

 

Julianne Brassard

Publicités


Catégories :Actualités, Critiques, Opinion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :