Galangal, l’explorateur renommé

Tout s’est passé lorsque mon unique fils Galangal partit en excursion dans les montagnes…

Le 9 juillet 1973, la personne qui m’était la plus chère m’annonça qu’elle prenait le premier bateau d’Irlande pour se rendre sur l’île déserte de Chansow, à l’extrémité est de l’océan Atlantique. Galangal, le grand explorateur renommé, avait été visiter plus d’une vingtaine d’îles aux alentours du globe, mais cette exploration, qui a été de loin la plus rapprochée de son pays natal, a été la plus troublante de toutes. Certes, ma femme et moi appréhendions avec grande crainte ce moment terrible où tout s’est effondré pour nous. Voici l’histoire.

Durant cette journée, le soleil d’été était étincelant. Il était sept heures du matin et notre maison était déjà assez mouvementée par tous les bruits que faisait Galangal afin de préparer ses bagages pour son excursion. Lavande, ma douce femme, s’était levée quelque temps après le réveil de notre fils, car elle souffrait d’un sommeil léger ces temps-ci. Elle est descendue au rez-de chaussée et a embrassé notre garçon sur la joue. Son air était mélancolique et on aurait juré qu’elle savait ce qui allait arriver. Elle prépara le déjeuner et, après l’avoir servi dans nos assiettes de porcelaine, elle se mit à coudre avec ses mains agiles et fines.

Lorsqu’il fut l’heure du départ de Galangal, Lavande et moi étions tous deux sur le chevet de la porte et tentions de garder un air détendu et joyeux, mais ce ne fut pas une tâche facile. Nous avions d’immenses larmes qui roulaient doucement sur nos joues. Après avoir serré notre fils fortement dans nos bras, nous l’avons laissé s’envoler comme une petite feuille au vent.

Galangal prit son bateau privé, réservé pour ses aventures lointaines, et naviga jusqu’à l’île déserte de Chansow. Dix heures plus tard, je reçus la première lettre de mon fils.

“Je suis arrivé à destination.”, avait-il écrit.

“J’ai réussi à me construire un petit chalet avec le bois rigide qu’il y a aux alentours et je suis plutôt bien installé. Le paysage est magnifique ici. Désert et enseveli de belles couleurs. Il y a de la végétation en abondance et une faune riche et diversifiée. Je ne manquerai pas de nourriture! Je vous récrit plus tard, je vais aller sommeiller quelque temps. Dis bonsoir à maman. À bientôt, Galangal.”

Fidèle à son habitude, il écrivait des lettres afin que son bateau privé nous les livre. Ma femme et moi aimions avoir de ses nouvelles lorsqu’il se trouvait loin de nous.

Donc comme prévu, il dormit sur son lit peu confortable de foin et, le lendemain, il empoigna son sac de cuir et partit découvrir les environs.

Sa boussole lui fut utile, car tous les recoins de l’île se ressemblent à s’y méprendre. Après sa journée bien chargée, il ramassa une petite pile de bois bien sec et se fit un feu au clair de la lune. Les flammes qui dansaient sur les bûches faisaient cuire de la chair d’écureuils roux-qui se trouvaient en abondance sur l’île de Chansow-.

Une semaine plus tard, le bateau repassa pour prendre des nouvelles de Galangal. Nous reçûmes une autre lettre.

“Bonjour père. Je suis très bien installé et l’air est pur ici. Le soleil ne quitte pas l’île et aucune goutte de pluie n’est tombée depuis une semaine. Le temps commence à se refroidir tranquillement et je sens que le mauvais temps approche à grands pas. Mais ne vous inquiétez pas, je m’abriterai dans mon petit chalet. J’espère que tu te portes bien et salue mère de ma part. Je te reparle, Galangal.”

Comme il l’avait prévu, lorsqu’il était parti cueillir des petits fruits, la tempête le surprit. Au début, il n’y eut que de faibles vents et quelques gouttelettes d’eau, mais le ciel devenait de plus en plus grisâtre et d’importantes bourrasques de vent secouèrent la petite île de Chansow. Galangal fut presque emporté par le vent violent qui régnait, mais il tint bon et essaya de retrouver son chalet. La pluie était forte et il eut de la difficulté à retrouver la cabane de bois qui était probablement en ruine à l’heure qu’il était. Galangal était un explorateur renommé et il avait vu pire dans sa vie, donc il ne fut pas si effrayé par la tempête. Il réussi donc à se hisser dans une grotte serrée et minuscule et patienta. Quelques heures plus tard, il se réveilla, car la faim martelait son ventre. La tempête s’était calmée. Lorsqu’il se leva, sa tête heurta le plafond pointu et inégal de la petite caverne. Même s’il était un peu assommé et étourdi, il reprit son chemin.

C’est à seulement un kilomètre de sa cabane qu’il s’effondra sur le sol…

Qu’est-il arrivé à Galangal, l’explorateur renommé? C’est à vous de trouver la raison de son effondrement et ce qui arrivera par la suite!

Publicités


Catégories :Concours, Création, Divertissement

1 réponse

  1. Il se fit reveiller par une jolie femme qui croyait vivre seul sur l’ile. Elle soigna la blessure a la tete de Galangal, ils vecurent heureux et eurent beaucoup de beaux enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :