L’agent Mata Hari

Mata Hari

Mata Hari est l’une des espionnes les plus connues, mais, l’agent H-21 n’a pas toujours été une espionne. En effet, Mata Hari était connue pour les danses exotiques qu’elle faisait en se dévoilant.

Margaretha Zelle, dite Mata Hari, est née le 7 août 1876, aux Pays-Bas. La jeune femme fait ses études pour devenir institutrice, mais est renvoyée de l’école par un scandale impliquant une liaison avec le directeur. En 1895, à 18 ans, elle se maria avec le caporal Rudolf MacLeod, de dix-neuf ans son aîné. La jeune épouse partit avec lui aux Indes néerlandaises où Rudolf fut nommé chef de garnison à Malang, sur l’île de Java. Là, Margaretha va apprendre la langue javanaise, s’habillera à la javanaise et apprendra même les danses Javanaises. Divorcée de son époux, la jeune femme de 27 ans débarque à Paris. Au début, ses conditions de vie son difficiles. En 1905, son personnage prend vie lorsque Ernest Molier lui propose d’être une danseuse orientale dans son cirque. Puis, le 13 mars de la même année, elle est invitée à danser à la bibliothèque du musée Émile Guimet. Elle y triomphe sous le nom de Mata Hari. Il faut dire que Mata Hari ne se dénudait pas vraiment, en fait elle portait un collant couleur chair. De 1905 à 1910, Mata Hari sera célébre dans toute l’Europe et gagnera 10000 francs français par soirée. Elle perfectionna son personnage et se créa un passé totalement fictif. De plus son physique a de quoi séduire. En effet, elle est grande (1, 75 m), a la peau mate et les cheveux noir de jais. De plus, elle est polyglotte et possède une personnalité flamboyante. Mais, en 1915, Mata Hari est couverte de dettes. Lorsqu’elle reçoit la visite du consul allemand Carl Cramer, il lui propose de rebourer ses dettes en échange de quoi elle deviendrait espionne pour l’Allemagne. Elle deviendra l’agent H-21. Personne ne sait si les renseignements furent donnés. Cependant en 1916, le capitaine George Ledoux lui propose de devenir espionne pour la France. Elle accepte et se rend à Madrid, où un certain major Kalle la soupçonne d’être du côté allemand. Il envoie un message à Berlin qui est intercepté par les Français. Ils découvrirent que l’espion en question était Mata Hari. Le contre-espionnage français perquisitionne sa chambre d’hôtel sans trouver de preuve. Puis, le 13 mai 1917, on arrête Mata Hari. L’espionne sera jugée pour intelligence avec l’ennemi et trahison. Son avocat ne sera autorisé que lors des premiers et derniers interrogatoires. La danseuse passe alors d’idole adulée à coupable idéale dans une France traumatisée. Son procès dura trois jours et aucun élément nouveau ne sera apporté. Elle sera finalement déclarée coupable et sera condamnée à mort. Le 15 octobre 1917, à l’aube, coiffée d’un grand canotier et d’une robe élégante garnie de fourrures, Mata Hari est fusillée.

Ce n’est qu’en 2001 qu’une requête fut déposée pour la révision de son procès, mais comme celle-ci n’émane pas de la famille de la condamnée, la requête n’aboutit pas. Néanmoins, Mata Hari continue de fasciner…

Publicités


Catégories :Culture, UNE MINUTE, UN HÉROS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :