Raspoutine… Saint ou débauché?

Rasputin_piercing_eyes

Grigori Raspoutine. À l’annonce de sa mort en 1916, le peuple russe danse de joie. Le conseiller occulte de la tsarine Alexandra n’est plus. En effet, le Starëts ( l’homme de dieu) avait réussi à gravir les échelons de la société russe, et par la même occasion s’était mis une grande partie de la population à dos.  Mais, qui était réellement Raspoutine? Comment a-t-il pu rester aussi indispensable et précieux à la famille impériale? Vous verrez que le mystère est bien plus sombre qu’il n’y paraît…

Grigori Effimovitch Raspoutine est né dans un petit village au fin fond de la Sibérie, à Pokrovskoïe en 1869. Le jeune Raspoutine est élevé dans une famille très croyante et pieuse où l’on parle souvent de Dieu et de la bible. Élevé dans la foi orthodoxe, il montre très jeune des signes de voyance et possède un don de guérisseur. À l’âge de 16 ans, Grigori mène la vie de moujik; il cultive la terre, boit de la vodka et court les femmes de temps à autres. Un soir, alors qu’il se réveille en sueur, il a la vision de la vierge Marie au pied de son lit. Ce jour-là, sa vie change. Il devient alors un pélerin itinérant ce qui ne l’empêche pas de se marier et d’avoir trois enfants. À cette époque, il alterne vie au village et retraite dans des monastères. Il effectua plusieurs pélerinages dont un de dix mois au mont Athos en Grèce. Après avoir effectué plusieurs retraites, Raspoutine revient à Pokrovskoïe. Son mysticisme se développe au point où il croit que le péché est la meilleure façon de se rapprocher de Dieu. Lors d’un séjour dans un monastère, il se découvre un pouvoir d’hypnose et de magie. Raspoutine est vu comme un Starëtz, un homme de Dieu dont la réputation n’est plus à faire. En 1907, Raspoutine s’installe à St-Pétersbourg. On vient le consulter ou seulement assister à une séance ésotérique. Cette année-là, le tsarévitch Alexis, le successeur hémophile du trône impérial, fait une mauvaise chute et souffre d’une grave hémorragie. Alité, les médecins ne savent que faire. La famille Romanov réclame alors ce guérisseur, cet homme de Dieu dont ils ont si souvent entendu parler. Arrivé à la cour, Raspoutine offre des icônes à toute la famille et se rend au chevet du tsarévitch. La première chose qu’il fera sera de jeter au feux les remèdes des médecins dont les cachets d’aspirine et il lui apposera ses mains sur son corps. Miraculeusement, l’hémorragie cesse. Le tsar et, plus particulièrement la tsarine, sont séduits par les talents de guérisseur du moujik. La tsarine est convaincue qu’il est un envoyé de Dieu et est persuadée de ses pouvoirs extraordinaires et le réclame souvent à la cour. En dehors des palais, Raspoutine est de plus en plus demandé par les dames pour des consultations ou guérisons. Certaines finiront par le prendre pour amant. Le tsar l’apprécie pour ses souvenirs et conseils sur la Russie et la tsarine voit en lui un guide spirituel. Cependant, plus il plaît au tsar, plus il déplaît au peuple. C’est après la révolution russe de 1905 que l’importance politique de Raspoutine commence. Bien que le ministre Piotr Stolypine veule augmenter les impôts, il se heurte à Raspoutine qui préfère imposé une meilleure répartition des impôts. Les réformes, conseils de ministre et nouvelles lois, tout est décidé avec les conseils de Raspoutine. Secrètement, la Douma, le parlement russe, le fait espionner. C’est alors que le scandale éclate. Raspoutine serait un alcoolique débauché qui n’a plus rien à voir avec le starëtz respecté qu’il était. C’est alors que le 1er Août 1914, la Russie s’engage dans le premier conflit mondial. Le peuple est fier du tsar qui a finalement passé outre les conseils du moine qui lui avait dit que la Russie n’y était pas préparée. Après plusieurs défaites cuisantes, Nicolas II se rend compte de son erreur et part s’installer au front pour rétablir la situation laissant le pouvoir à sa femme Alexandra et à son conseiller Raspoutine. À la Douma, l’impératrice et lui sont victimes de critiques constantes. Lui pour son influence et elle pour ses origines allemandes. En 1916, des complots se trament contre lui. Sentant sa fin proche, Raspoutine déclarera au tsar: « Si je meure de la main du peuple, d’un de mes frère, tu vivras et ton fils régnera. Mais, si c’est un des tiens qui aura provoqué ma mort, sache que tu mourras et ton fils ne régnera pas et la Russie sombrera entre les mains du diable! » Le 29 décembre 1916, Raspoutine est sauvagement assassiné par le prince Félix Ioussoupov. Comme complice, le député de la Douma , Pourishkévitch et le prince Dimitry Pavlovitch feront aussi partie du complot. Son corps, jeté d’un pont, est retrouvé le lendemain sur les rives de la Neva. À l’annonce de sa mort, le peuple ne peut contenir sa joie. Partout dans les théâtres, on réclame l’hymne national et le prince Ioussoupov est élevé au rang de héros, un sauveur qui a délivré la Russie du démon.

Trois mois plus tard, comme Raspoutine l’avait prédit, la famille Romanov est assassinée à Iekaterinbourg dans les caves de la maison Ipatiev. Le tsar n’aura pas réussi à redresser l’empire démesuré qu’était la Russie qui sombrera dans la révolution. Raspoutine reste une figure méconnue de l’histoire russe. Autrefois considéré comme l’homme le plus détesté d’Europe, il est aujourd’hui l’homme le plus populaire de Russie. Et c’est d’une empreinte indélébile que le staretz aura marqué son époque et restera à jamais lié à la famille impériale.  Si Raspoutine est entré à la cour comme guérisseur, c’est son intelligence qui lui fit conserver sa place…

Publicités


Catégories :Culture, Uncategorized, UNE MINUTE, UN HÉROS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :